Nous appeler
01 79 36 04 90
Rendez-vous
en ligne

La revue TIH est venue rencontrer l'équipe du service d'imagerie médicale pour l'interroger sur le choix de SECTRA pour son nouveau PACS (système d'archivage et de transmission d'images, ou Picture Archiving and Communication System en anglais)

 

Fiabilité, ergonomie et évolutivité, points clés du renouvellement de PACS

Pendant deux ans, Grégoire Bornet et Julien Cazejust, radiologues associés du Centre d'imagerie médical de l'Hôpital Privé d'Antony ainsi que Sébastien Durand, directeur adjoint de la structure, ont audité de nombreux fournisseurs en vue du remplacement de leur PACS. Leur choix s’est porté sur la solution de l’entreprise suédoise Sectra, opérationnelle depuis le 4 juin 2019.

95% des outils accessibles via une seule interface

Comme l’a rappelé le groupe d’experts, le choix de Sectra était un pari, car cette entreprise suédoise innovante était implantée en France depuis 2016 seulement. « Nos PACS antérieurs n’étaient pas tout à fait satisfaisants et l’on cherchait une solution fiable, ergonomique et évolutive, avec une bonne interface », a déclaré en préambule le Dr Bornet. Après deux ans d’exploration, la qualité du produit de Sectra et du relationnel avec les équipes, ont fait l'unanimité. Son implantation sur tout le territoire britannique et la satisfaction des utilisateurs ont conforté la décision. Compte tenu du fonctionnement 24/24 et 7/7 du Centre d’imagerie, le groupe d’experts misait aussi sur un partenariat solide et réactif. De plus, comme l’a souligné le Dr Julien Cazejust, le fait que Sectra soit à la fois une entreprise de technologie médicale et de système crypté a pesé dans la balance. Enfin, comme l’a fait remarquer Sébastien Durand, le groupe voulait autre chose que l’ancien PACS, hétérogène, sans interconnexion entre les consoles des constructeurs et le système d'information radiologique (RIS), qui servait surtout d’espace de stockage et non comme outil d'interprétation. « L’intégration complète entre le RIS et le PACS Sectra nous a permis d'améliorer les workflows, d’accéder à 95% des outils d'interprétation nécessaires à l'ensemble du service sur une seule et même interface, et aux radiologues de travailler en moins de clics et d'accélérer considérablement le flux de travail pour les radiologues », a ajouté le directeur adjoint.

Une transition sans heurts

L’un des points cruciaux du remplacement du PACS concernait la transition. « Il était indispensable que celle-ci soit transparente pour les utilisateurs », a déclaré le Dr Bornet. Dans les faits, il n'y a eu aucune perte d'activité, et le Centre d’imagerie a pu répondre aux demandes des cliniciens et des patients, au point que certains ne sont rendus compte de rien. « Sectra a récupéré les antériorités des deux années précédentes un mois avant la mise en route du PACS et le jour où nous avons basculé sur le nouveau PACS, tout le monde a travaillé presque normalement avec la nouvelle interface, tant l’outil a été facile à apprivoiser », a déclaré le Dr Cazejust. Le déploiement a été également transparent pour l'hôpital, avec lequel le centre travaille en étroite collaboration. « 450 urgentistes et praticiens hospitaliers utilisent nos outils pour voir les images de leurs patients qui viennent faire les examens au Centre d’imagerie. L’intégration avec notre outil accélère considérablement la prise en charge de leurs patients », a précisé Sébastien Durand. Et ce partage de l’information a dépassé le seul cadre de l’hôpital, poussée en partie par la crise sanitaire, puisque tous les prescripteurs quels qu'ils soient, peuvent avoir accès aux comptes rendus et aux images de leurs patients. « Le cryptage de données étant le cœur de métier de Sectra, leur outil nous a permis de faciliter la transmission de l'information médicale en toute sécurité », a ajouté Sébastien Durand. Autre aspect lié à la fiabilité et la sécurité de la solution, le PACS est accessible sur site, mais aussi à distance, depuis un portable ou un smartphone. « Le PACS, comme notre service, est ouvert 24/24, 7/7, ce qui permet aux praticiens d’échanger rapidement et à tout moment sur les données d’imagerie et d’être très réactifs en termes de prise en charge », a ajouté le Dr Cazejust.

Un PACS ouvert aux évolutions

En plus des mises à jour annuelles majeures, applicatives ou intégratives, l'outil PACS est évolutif. Comme l’ont déclaré les experts, l'intelligence artificielle bouleverse la radiologie moderne et le PACS de Sectra permet d’intégrer des algorithmes supplémentaires pour améliorer la puissance de diagnostic. « Dans les prochaines années, nous allons voir se multiplier les applications spécifiques à l'organe ou à la pathologie et l’on sait que notre outil est prêt pour cela », a déclaré le Dr Cazejust. Déjà, en début d'année, un outil d'IA pour la mammographie a été intégré au PACS de Sectra, et un second sur l'IRM du genou est en cours d’intégration. Le Centre a pu aussi intégrer en avant-première un outil sur la perfusion mammaire et prostatique en IRM et les praticiens ont été sollicités pour donner leur avis.

 

Pierre ELBAZE

covid-19

Chère patiente, cher patient,

 

Le projet de loi d’extension du Passe Sanitaire aux établissements de santé vient d’être promulgué et mis en application ce lundi 09 Août.

Dans ce cadre, nous nous voyons contraints de vous demander de bien vouloir nous présenter lors de votre venue dans nos services (Hôpital Privé d’Antony et Centre Olympe Santé) votre Passe Sanitaire, sous format papier ou numérique.

 

Nous vous rappelons que ce Passe Sanitaire n’est pas une obligation vaccinale. Il peut s’agir :

  • Soit d’un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19 (de moins de 48 heures),
  • Soit d’un justificatif de statut vaccinal concernant la covid-19,
  • Soit d’un certificat de rétablissement à la suite d’une contamination par la covid-19 (test PCR positif datant de plus de 11 jours et de moins de 6 mois).

Ce Passe Sanitaire n’est pas obligatoire en cas d’urgence. Nous ferons donc preuve de discernement et tiendrons compte de votre état de santé, du contexte clinique ainsi que de l’examen demandé.

Nous restons très attentifs à votre santé ainsi qu’aux futures annonces gouvernementales. Il est donc attendu que ces conditions d’accès évoluent dans les prochaines semaines et nous ne manquerons pas de vous en informer.

 

Vous remerciant par avance pour votre compréhension et votre bonne observance,

 

La Direction de l’imagerie.