Nous appeler
01 79 36 04 90
Rendez-vous
en ligne


À Antony (92), le centre Olympe Santé s’est spécialisé dans la prise en charge médicale des sportifs. Le site accueille des athlètes de haut niveau et des sportifs amateurs qui bénéficient d’équipements de pointe pour le diagnostic, le traitement, l'entraînement et la rééducation.

La médecine du sport est une discipline en plein essor et la radiologie y joue un rôle de premier plan, comme le prouve le centre Olympe Santé ouvert fin 2018 sous l’impulsion des radiologues du centre d’imagerie de l’hôpital privé d’Antony (HPA).

Les soignants s’emparent du sport

Ce projet est né d’un constat qui s’est imposé aux professionnels de santé : « Le sport tient une place très importante dans la société, analyse le radiologue Grégoire Bornet. En France, il y a 17 millions de licenciés et 30 millions de sportifs amateurs. L’OMS classe l’absence de pratique sportive parmi les principaux facteurs de risque de mortalité et de morbidité. Cette évolution sociétale nous interroge en tant que soignants. » 

Le centre possède un double objectif, il permet à la fois de soigner les sportifs et de soigner par le sport : « La pratique sportive améliore le pronostic des maladies chroniques. C’est attesté par des études prospectives internationales sur le long terme, poursuit Grégoire Bornet. Le sport permet de compléter l’arsenal thérapeutique des soignants. D’ailleurs, depuis quelques années, les médecins ont le droit de prescrire des séances de sport. »

Un projet initié par les radiologues

Bien décidés à se positionner sur le terrain de la médecine sportive, les radiologues d’Antony se sont rapprochés de médecins du sport, de chirurgiens orthopédiques, de kinésithérapeutes et de rééducateurs pour former l’équipe du centre Olympe Santé, situé à quelques dizaines de mètre du centre d’imagerie de l’HPA. Dans un bâtiment de cinq étages, trois sont dédiés à la radiologie pour la prise en charge des lésions musculaires, ruptures tendineuses et fractures. Les équipes médicale et paramédicale de l’HPA se répartissent les vacations et font la navette entre les deux sites.

Des équipements de pointe

Le centre Olympe possède deux salles de radiologie standard, quatre échographes, une cabine EOS et un Cone Beam couché utilisé pour l’imagerie ostéoarticulaire :« Ce Cone Beam a une résolution très élevée et est moins irradiant qu’un scanner, explique le radiologue Sebastian Tavolaro. Il est très efficace pour examiner les petites articulations, chevilles et poignets, mais aussi pour détecter les fractures et l’arthrose précoce. » Le centre a d’ailleurs établi un protocole de coopération avec la HAS pour développer de nouvelles cotations Cone Beam.

Le centre Olympe possède deux salles de radiologie standard, quatre échographes, une cabine EOS et un Cone Beam couché utilisé pour l’imagerie ostéoarticulaire 

Outre l’imagerie diagnostique, les radiologues du centre réalisent également des gestes interventionnels, notamment des infiltrations et des injections de PRP.

Du sport en « altitude » ou en apesanteur

Grâce à cette approche multimodale, les patients bénéficient d’une prise en charge complète sur un seul site, « avec l’ensemble du panel de la médecine sportive ». Les équipements comptent également du matériel de cryothérapie corps entier, une salle en altitude simulée, une salle d’entraînement à 40°C, un tapis de course en apesanteur pour la rééducation et la reprise de sport.

Le centre Olympe accueille aussi bien des athlètes de haut niveau que des sportifs amateurs et occasionnels. « C’est ouvert à tout le monde, indique Carole Moglia, la directrice du centre d’imagerie. Nous avons fait le choix de proposer ces équipements de pointe et cette expertise médicale au plus grand nombre. Ce sont des équipements que l’on trouve à l’INSEP et que nous voulions rendre accessible à tous les sportifs. »

Une prise en charge rapide

Fort de ses équipements et de son expertise, le centre a signé des conventions avec des clubs professionnels de football, de rugby, de natation, de basket et de sports de combat. Ces partenariats permettent aux athlètes d’avoir un accès rapide au plateau technique. Pour les sportifs, l’imagerie permet de poser un diagnostic le plus vite possible : « Quand un sportif à mal, il a besoin de savoir s’il y a quelque chose qui va l’empêcher de continuer sa pratique, note Carole Moglia. Il est essentiel de pouvoir rapidement confirmer qu’ils n’ont rien. »

La Covid a mis le sport KO

Depuis son ouverture en 2018, l’activité radiologique du centre Olympe est montée en puissance, mais la crise sanitaire Covid-19 a rebattu les cartes. « A chaque vague épidémique, il y a eu des confinements. Pendant ces périodes, il n’y avait plus de sports collectifs et très peu de sport individuel en salle. Il y avait donc moins de blessures, et nous avons connu une chute considérable de l’activité en radiographie standard, se remémore Sébastien Durand, le directeur adjoint. Maintenant, les choses sont revenues à la normale, mais l’activité radiologique a été en berne pendant plusieurs mois. »

La mobilité, un thème phare de la santé

Au-delà du sport à proprement parlé, c’est également toute la thématique de la mobilité qui est déployée au centre Olympe : « Nous ne recevons pas que des sportifs. Nous prenons en charge des personnes âgées qui ont de l’arthrose, des gens qui ont besoin de rééducation, de séances de kiné…, précise Sébastien Durand. La mobilité, ça concerne tout le monde. »

Carla FERRAND

covid-19

Chère patiente, cher patient,

 

Le projet de loi d’extension du Passe Sanitaire aux établissements de santé vient d’être promulgué et mis en application ce lundi 09 Août.

Dans ce cadre, nous nous voyons contraints de vous demander de bien vouloir nous présenter lors de votre venue dans nos services (Hôpital Privé d’Antony et Centre Olympe Santé) votre Passe Sanitaire, sous format papier ou numérique.

 

Nous vous rappelons que ce Passe Sanitaire n’est pas une obligation vaccinale. Il peut s’agir :

  • Soit d’un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19 (de moins de 48 heures),
  • Soit d’un justificatif de statut vaccinal concernant la covid-19,
  • Soit d’un certificat de rétablissement à la suite d’une contamination par la covid-19 (test PCR positif datant de plus de 11 jours et de moins de 6 mois).

Ce Passe Sanitaire n’est pas obligatoire en cas d’urgence. Nous ferons donc preuve de discernement et tiendrons compte de votre état de santé, du contexte clinique ainsi que de l’examen demandé.

Nous restons très attentifs à votre santé ainsi qu’aux futures annonces gouvernementales. Il est donc attendu que ces conditions d’accès évoluent dans les prochaines semaines et nous ne manquerons pas de vous en informer.

 

Vous remerciant par avance pour votre compréhension et votre bonne observance,

 

La Direction de l’imagerie.