Nous appeler
01 79 36 04 90
Rendez-vous
en ligne

En savoir plus sur

L'Imagerie Interventionnelle

La biospie en général

  • Qu’est-ce qu’une biopsie ?

    Une biopsie est un acte de radiologie interventionnelle qui consiste à prélever un fragment d'un organe pour permettre le diagnostic d'une pathologie. Cet acte médical se pratique sous anesthésie locale, le patient étant allongé sur le dos ou sur le ventre, en fonction de l'organe en cause à prélever. Dans la grande majorité des cas, les biopsies sont réalisée directement à travers la peau en ponctionnant l'organe concerné, sous contrôle de la vue, guidée par une technique d'imagerie (principalement le scanner ou l'échographie).

  • Quels sont les risques ?

    Les deux risques principaux, bien que très rares, sont l'hémorragie et l'infection. C'est pour cette raison qu'il est nécessaire de vérifier le bilan de coagulation (numération plaquettaire, TP et TCA) et que l'intervention soit réalisée après désinfection cutanée dans des conditions d’asepsie.

  • En pratique

    L'intervention peut durer entre 15 et 45 minutes, en fonction de la localisation de l'anomalie. Les prélèvements de tissu sont adressés au laboratoire le jour même de l'intervention.

  • Après la biopsie

    Après la biopsie, le patient doit observer une période de repos qui sera fonction de l'organe en cause et de la difficulté de l'intervention. Dans certains cas une surveillance en hospitalisation doit être respectée et des examens de contrôle réalisés le jour même et/ou le lendemain de la biopsie.

    Les résultats sont ensuite communiqués au médecin prescripteur et au médecin traitant dans un délai de 5 à 10 jours.

     

  • Embolisation de varicocèle

    Qu’est-ce qu’une embolisation de varicocèle ?

    Une varicocèle est une dilatation des veines autour du testicule, qui peut occasionner une gêne ou une pesanteur testiculaires et dans de très rares cas être responsable d'une infertilité.

    L'embolisation de varicocèle permet le traitement de cette / ces varice(s). Il s’agit de boucher la veine responsable de la varicocèle.

    Cet acte médical se pratique sous anesthésie locale au bloc opératoire de radiologie interventionnelle, le patient étant allongé sur le dos. Il consiste en l'introduction de matériel d'embolisation dans les veines dilatées sous contrôle radioscopique, en passant par une veine du pli de l'aine droite.

    Quels sont les risques ?

    Le risque principal, bien que très rare, est l'hématome au point de ponction. C'est pour cette raison qu'un pansement semi-compressif sera confectionné en fin d'intervention et qu'il est nécessaire d'observer un repos strict au lit de 4 heures après l'intervention.

    En pratique

    L'intervention peut durer entre 45 minutes et une heure et demie, en fonction du nombre de veines à occlure.

    Après l’embolisation

    Après l'embolisation, le patient doit observer une période de repos à son domicile, en évitant tout effort d'hyperpression abdominale (port de charges lourdes, sports, relations sexuelles).

    Un écho-Doppler de contrôle sera réalisé à trois mois pour vérifier l'efficacité du traitement.

     

  • Biopsie de prostate

    En quoi consiste une biopsie de prostate ?

    Cet examen a pour objectif de réaliser des prélèvements de votre prostate pour en faire l’analyse au microscope, afin de rechercher si l’anomalie constatée au toucher rectal ou sur le dosage du PSA est en relation avec un cancer de la prostate.

    Dépistage du cancer de la prostate

    Avec plus de 70 000 nouveaux cas par an, le cancer de la prostate représente le premier cancer de l'homme en France devant le cancer du poumon. Environ un homme sur sept sera concerné au cours de sa vie.

    Détectés à un stade précoce, 95 % des cancers de la prostate pourraient être guéris. C'est dire l'importance de ce dépistage.

    Le dépistage du cancer de la prostate s’appuie sur l’association d’un toucher rectal et d’un dosage biologique du PSA (Prostate-Specific Antigen).

    Si l’un ou l’autre est anormal, différentes affections de la prostate peuvent être concernées : une infection ou inflammation, une hypertrophie bénigne de la prostate ou un cancer de la prostate.

    Un examen au microscope du tissu prostatique prélevé au cours d’une biopsie est alors nécessaire pour établir le diagnostic.

    Comment se passe une biopsie de prostate ?

    La biopsie de prostate est maintenant quasi systématiquement réalisée après une IRM, afin de cibler au mieux les prélèvements. Elle s’effectue sous contrôle échographique et après une anesthésie locale.

    Différentes techniques peuvent être employées pour fusionner les images d’échographie à celles de l’IRM.

    Des effets secondaires sont possibles mais ne sont pas invalidants (douleurs s’estompant sous paracétamol et saignements notamment). Les complications de la biopsie sont rares et des traitements spécifiques peuvent être proposés à chaque fois.

    Comment organiser vos biopsies de prostate ?

    Les biopsies de prostate sont réalisées deux fois par semaine dans notre centre par le Dr Alexandre Schull, radiologue expert en pathologie prostatique.

  • Embolisation de fibrome utérin

    Qu’est-ce qu’une embolisation de fibrome utérin ?

    Un fibrome est une tumeur bénigne de l'utérus, richement vascularisée, qui peut occasionner des saignements abondants pendant ou en dehors des règles ainsi qu’une gêne ou une
    pesanteur pelviennes (compression de la vessie ou du rectum).


    L'embolisation permet d’occlure les artères qui vascularisent les fibromes dans le but de provoquer une ischémie, puis une diminution de taille des fibromes qui ne seront plus alimentés.

    Cet acte médical est pratiqué sous anesthésie locale au bloc opératoire de radiologie interventionnelle, la patiente étant allongée sur le dos. Il consiste en l'introduction de matériel d'embolisation (micro-billes principalement) dans les artères nourrissant les fibromes, en passant par une artère du pli de l'aine droite.

    Les différents matériels (guide et cathéters) sont déplacés dans les artères de la patiente de l'artère fémorale commune droite vers les artères utérines et leurs branches de division, sous contrôle radioscopique, avant d'introduire le matériel permettant l'occlusion des artères nourricières des fibromes.

    Quels sont les risques ?

    Le risque principal, bien que très rare, est l'hématome au point de ponction. C'est pour cette raison qu'un pansement compressif sera confectionné en fin d'intervention et qu'il est nécessaire d'observer un repos strict au lit de 24 heures après l'intervention.

    Les douleurs pelviennes qui peuvent durer 24-48 heures et sont contrôlées par des traitements anti-douleurs puissants pouvant aller jusqu'à de la morphine, si nécessaire.

    Enfin, il existe un risque théorique rare d'infection de l'endomètre environ 3 semaines après l'intervention, qui sera alors traitée par antibiotiques.


    En pratique

    L'intervention peut durer entre 45 minutes et une heure et demie, en fonction du nombre et de la taille des fibromes ; ainsi que de la difficulté à naviguer dans les artères.


    Après l’embolisation

    Après l'embolisation, la patiente doit observer une période de repos à son domicile, en évitant tout effort d'hyperpression abdominale (port de charges lourdes, sports, relations sexuelles).

    En plus de la surveillance clinique (résolution des saignements et de la douleur pelvienne), une IRM pelvienne de contrôle sera réalisée à 3, 6 puis 12 mois du geste pour vérifier l'efficacité du traitement.

Exemple en image pour une embolisation de fibrome utérin

    Centre d'imagerie de l'HPA

    ciglehpamin       25 Avenue de la providece, 92160 ANTONY

    Centre d'imagerie Olympe Santé

    cigleolympe    28 Rue Velpeau, 92160 Antony